Why I am proud my Congolese friends have called me ‘Congolaise’ too.

I remember a professor at the University of Lubumbashi who, after a long conversation on the Congolese ‘state’, shared his thought on Burkina Faso and the end of Blaise Compaoré’s regime. It was November 2014 and the political atmosphere in the African Great Lakes Region had been palpably tense for a few weeks, as if the good old ‘winds of change’ were returning from a long and regrettable break. The events in Burkina Faso, combined with the various presidential elections scheduled between 2015 to 2017 across the region, gave the trip a sense of occurring during the “quiet before the storm”. As Burkinabe former President Compaoré fled his country to Côte d’Ivoire and Morocco, I thought, with a hidden but delightful interior smile, ‘could this happen to Kabila’? The Political Science professor looked at me, burst into a loud laugh and after a short pause said: “I am not exactly sure why Kabila would have to go…. It took him so many years to start building everything he’s done, if he leaves now, who will continue his work? Here in the Congo you know very well political leaders when they get a grip on power, [they] just destroy everything their predecessors have done so they can start anew and leave their own mark on the political landscape”.

I paused too, thinking he might have a point but, then, I replied in asking if it would always be possible in the Congo to bypass, ignore or brutally shut down the people’s wishes? Well, I suppose the past two days have brought me an answer, and thankfully for this world’s sad state of affairs, the answer is a loud no.

It is also, sadly, a bloody and messy no. Despite EUPOL having spent millions in reforming the national police through a complex Security Sector Reform programme in the Congo, it seems that money did not produce the expected respect for ‘due process’ and the ‘rule of law,’ given the PNC’s use of live ammunition against demonstrators (who were not all peaceful, but most certainly unarmed), killing about 40 in the skirmishes in Goma and Kinshasa. The Mayor of Goma himself, whom I met and seemed deceptively modern and open-minded, called the demonstrators ‘criminals’ and let his police clash with rioting students. The government swiftly ordered a communication ‘black out’ and ordered all companies to block Internet access and SMS signal, most likely in an attempt to prevent the documentation of police violence and impede demonstrations whose organizers have used social  networks to gather support under the #Telema (‘raise up’ in Lingala) rallying cry.

a-melhor-arma-contra-a-violencia-policial-eh-a-camera

Through a mix of personal memories and information from the media, I recall the widespread looting of 1991 and 1993 when the cities of Kinshasa, Lubumbashi and Kisangani among others, suddenly turned into deserted, desolated, ghostly places where revolt gave way to fear and ultimately left Mobutu in power. I think about the so hopeful Congolese people who gathered and waited patiently for the 1991 Conference Nationale Souveraine to deliver on its promises of a multi-party system and democracy, only to see, again, a triumphant Mobutu, using the opportunity to his own private advantage. I remembered the fear of the Spring of 1997 as the AFDL walked towards Kinshasa in a military move no one could believe was really happening. I remember the assassinations, the swirling inflation, the fear, and the end of an era as all the 30 year-old green symbols of Zaïre and its ‘Leopard’ vanished in the blink of an eye. I remember a Tutsi friend of my parents arriving at our home in Kinshasa, traumatized from the Rwandan genocide, and I still feel the creepy echo of war along my spine. I remember the numerous failed attempts at bringing peace and quiet in the Kivus, Ituri, and Katanga. We went from one monarch to another, from one bloodshed to another, from scandal to scandal, from deaths to more deaths. As Jason Stearns pointed out, this time it’s different: the students have taken the lead, Kabila’s PPRD is internally weakened and the Senate stepped up in amending the controversial article 8.

Oh! How many times have I heard how the Congolese don’t rise up and shine because they are too scared, have I endlessly witnessed cynical people who claim democracy isn’t for Africans, and criticized the Congo’s apathetic people and their love for nothing more than beer and lutuku. Apparently, despite bullets and brutality, they also would love to see change happen. No one can predict if this new upsurge of pro-change movement will last long enough for the country to get a chance to witness the beginning of genuine democratic turnaround and to recover from a century and a half of exploitation and war, but this past week will be remembered as those days the state listened to the people and today I am particularly proud. I am proud to be a Congolaise too.

Congo’s immobilised demobilisation programme

Yesterday, various Congolese media reported the surrender of ‘Gen.’ Justin Banaloki (also known as ‘Cobra Matata’), military leader of the Ituri-based Front de Resistance Patriotique d’Ituri (FRPI). FRPI is one of the most long-standing militias in eastern Congo, created as early as in 2002 among the Ngiti community around German Katanga, allying to the Lendu-centred Front des Nationalistes et  Integrationnistes (FNI) of Floribert Ndjabu. Backed by groups such as Mbusa Nyamwisi’s RCD-KML, this coalition primarily fought Thomas Lubanga’s and Bosco Ntaganda’s Union des Patriotes Congolais (UPC). In the frame of the Usalama Project, Henning Tamm wrote two meticulously researched and rich pieces for more background on these militias.

Allegedly, Banaloki handed himself in together with ‘Col. Adirodhu’, the group’s former military leader. Given the multiplicity of Ituri-based militias over the past few years, caution is necessary when assigning a new trend to these events. While it has been confirmed by…

View original post 914 more words

Charlie

Cet article n’engage que mon opinion personnelle, et ne représente pas celle des autres auteurs de ce blog.

Thanks to John Austin for his insightful and sobering thoughts on a topic and a situation that have truly crushed my heart.

Je suis née à Paris en 1985. En 2015, j’ai l’impression que je ne me souviens plus de rien sur ma ville. A part le 7 janvier. J’étais à Beyrouth, profitant de quelques jours de vacances entre 4 ou 5 articles académiques (ennuyeux) en cours. Nous célébrions Noël entre amis, avec un peu de retard. Nous avions décidé de cette date, parce que malgré le fait que nous étions tous trois athées, choisir le jour de Noël orthodoxe nous permettait d’en garder la symbolique. On voulait surtout manger du foie-gras que j’avais ramené de Paris, et l’un de mes amis, britannique, n’ayant pas eu l’occasion de fêter son Noël anglais traditionnel en famille nous avait préparé pudding, whiskey et choux de Bruxelles. J’avais quitté quelques jours plus tôt un Paris morne, pluvieux, vide de ses Parisiens partis skier dans les Alpes, un Paris habituel, un Paris bien connu. J’ai soudainement reçu un message sur Facebook d’une amie, alarmée, qui me disait : « Shit, what’s happening in Paris ?? ». J’ai quitté la table, me suis précipitée sur mon ordinateur, et ai tapé le monde.fr dans mon moteur de recherche. C’était partout. Depuis plusieurs heures, des gens s’acclamaient, pleuraient, scandaient de nouveaux slogans ‘Je suis Charlie’ et se rassemblaient par centaines de milliers pour dénoncer cette injustice faite à la liberté d’expression. Ca faisait des heures que tout ça tournait en boucle, et je n’en avais aucune idée.

« On a tué Charlie ». Je ne sais plus très bien quelle fût ma première réaction, mais j’ai crié, c’est sûr. J’étais effarée, choquée, vraiment, et tout d’un coup, surtout très fatiguée. « Mais comment on s’est démerdé pour se retrouver à vivre dans un tel bordel », je me suis demandée. Je reviens de trois mois de recherches de terrain intensives en RDC, trois mois à regarder la misère des autres se dérouler devant moi, sans relâche. Et moi à la mettre de côté, sans trop la prendre à coeur, toujours. Question de santé mentale. Ce journaliste s’est ensuite fait assassiner dans les rues de Goma pour avoir critiqué le régime sournois de Kabila Jr. Trois mois à me dire que j’ai vraiment la chance de pouvoir fermer cette parenthèse, prendre l’avion rentrer chez moi, prétendre que rien de tout ça ne me touche vraiment. Là où il y a des routes, un système de santé, des écoles, des journaux (plus ou moins libres), du courant, de l’au potable. Là où il y a Charlie Hebdo, dont personnellement, je n’ai jamais vraiment eu grand chose à foutre. Je savais qui ils étaient, j’ai grandi avec leurs couvertures criardes et leurs textes moqueurs, sexuellement orientés, je connaissais leurs caricatures, que je trouvais de mauvais goût : un humour gras, insensible, et franchement pas très respectueux. Je me suis toujours posé la question d’ailleurs de savoir ce qu’ils avaient de si spécial. Il y a un an, en pleine polémique de caricatures anti-islam, une flambée de critiques désavouait Charlie. Maintenant ils sont encore plus spéciaux, ils sont morts.

Le blasphème, légalement, n’existe pas en France, mais un bon compte-rendu journalistique non plus. A l’étranger les musulmans se font décimer dans leurs propres pays, et à l’exception de quelques remous occasionnels, il est rare en France de trouver une analyse profonde des causes de toute cette violence. En France, les musulmans sont un groupe largement défavorisé, qui depuis des décennies ne sont tout simplement pas reconnus comme français, ils sont étrangers, ce sont des immigrés. Quoi qu’ils fassent, ils ne sont.pas.français.  Ca vous ferait quoi à vous ? Le gouvernement, la presse, l’administration, tous ou presque, ont systématiquement discriminé la population musulmane dans l’accès aux logements, à la santé, aux écoles, à l’embauche. Et j’entends toujours la même rengaine: “Mais non, ils viennent chez nous, ils reçoivent toutes nos aides, et ensuite ils nous assassinent”. Chez nous? Mais chez nous, c’est chez eux, non? Et les bons français de souche, reçoivent des aides aussi non? Les Français sont, très souvent, plutôt racistes, plutôt peu ouverts aux autres. Au moins avant, on faisait semblant de ne pas l’être en votant pour les partis habituels qui ne se situent ni vraiment à gauche ni vraiment à droite. Aujourd’hui nous sommes entrés dans une aire de racisme ciblé, et franchement décomplexé. Et plus les musulmans seront détestés, plus, bien entendu, Daesh (il faut arrêter avec « ISIS », cet acronyme n’existe pas vraiment dans le monde Arabe), Al-Qaida et toute autres groupes terroristes chevronnés ou amateurs pourront enfin se faire un plaisir de venir cueillir de toutes nouvelles recrues …. En France. C’est ce qui se passe déjà non ?

Mais ce qui m’a le plus choquée moi, ce sont les réactions. Pas toutes, bien sûr. Certains articles, en particulier dans la presse spécialisée, ont enfin mis le doigt sur les vrais problèmes qui se terrent derrière le sang des 10 membres assassinés de l’équipe de Charlie Hebdo. Mais toutes ces réactions que j’ai pu observer, elles m’ont mise mal à l’aise…. Soit tout le monde se rallie derrière Charlie Hebdo, presque aveuglément, on se fait passer des slogans et le mot liberté, des mosquées sont attaquées, et soudainement le monde entier, journalistes, droits de l’hommistes, réseaux activistes, tout le monde se sent triste, concerné, en colère. A l’extrême inverse, d’autres disent, quasi-indifférents « c’est normal, c’était sûr que ça allait leur arriver ». « Si tu fouines dans la merde, tu finis par en sentir l’odeur». « Tout le monde s’en fout de (ajouter ici Gaza, Nigeria, Kivu et autres carnages récents), mais pour douze connards d’Européens, la terre entière se lève ». Aucune empathie. Rien. Des amalgames qui ne servent à rien, une colère à peine dissimulée, un discours tout noir ou tout blanc. Evidemment ce genre d’événement catastrophique pour la France déchaîne toutes les passions, mais y aura –t-il un temps pour la raison ?

Y aura-t-il enfin un temps pour se poser les bonnes questions. Quand allons-nous commencer à se poser la question: pourquoi “l’Etat Islamique” reçoit-il plus d’appui en Europe que dans tout le Moyen-Orient? Comment se fait-il que les musulmans de France se sentent touchés de voir leur religion librement insultée, et pas les autres ? N’avons nous pas, là, quelque chose à se reprocher, en tant que société organisée, humaine, informée, raisonnée? Comment se fait-il que des français se soient empressés de poster sur Facebook des félicitations au GIGN, la police, le Raid ? Historiquement, ces organisations étatiques ne sont pas des « gardiennes de la paix », elles ont été délibérément créées et organisées pour contrôler la population, et en particulier les pauvres, les démunis, les immigrés, les jeunes, les sans papiers. Pas les membres de la bourgeoisie catholique ou socialisante bien pensante (dont clairement, je suis le pur produit). Il ne faut pas bousculer l’Etat, il ne faut pas l’insulter, il ne faut pas le défier. Mais l’Islam si. Quand les médias en France et les français commenceront-ils à remettre en cause les mesures anti-terrorisme qui ressembleront au Patriot Act Américain ? Pourquoi les Européens sont-ils si facilement enclins à abandonner leurs droits fondamentaux pour en protéger un autre (ie la liberté d’expression)? Pourquoi tous les partis politiques ont-ils banni Marine Le Pen et ses sbires de la “Marche Républicaine”, sous prétexte que plus qu’eux, Marine stigmatise les musulmans? Marine est une femme méprisable, sans aucun doute, mais tous les partis politiques en France stigmatisent, ignorent ou méprisent la population musulmane, les Roms, les étrangers, les classes sociales les plus pauvres. Tous. Pourquoi les français continuent de proclamer haut et fort leur droit à la liberté d’expression alors qu’il est interdit depuis 10 ans de porter tout signe ostentatoire de religion dans les lieux publics?

Y aura-t-il un temps pour un peu moins de démesure, moi de passion, et un peu plus de réflexion ? Il faut l’espérer. Un temps pour se recueillir, un temps pour réfléchir, un temps pour agir, et surtout, un temps pour aimer. Il ne faut pas avoir peur petite France, il faut respirer. Remémore toi, souvent, ce que Roosevelt nous apprit il y a 80 ans : « The only thing we have to fear is fear itself ».

Charlie-Hebdo-couverture-8-novembre-2011